Com'Une Plume chronique littéraire juin 2018 : La Mère partie


la Mère partie chronique littéraire par Com'Une Plume

La Mère partie ou le Pas monument aux morts

 avis sur le livre par Com'Une Plume agent littéraire

« A nos pères qui crurent que les leurs avaient gagné la guerre.
Alors que ce n’était qu’une bataille »


Ainsi commence ce recueil de texte. A ce moment je ne sais pas de quoi on parle,
je comprendrai quelques pages plus tard. Le problème est justement là !

Certains passages vont vous tordre le ventre, préparez-vous à voir la réalité en face et à l’assumer …
Nos enfants ont été et sont abandonnés et sans réelle défense face aux marchands de drogue.
Mais, quand les marchands de “rêve en poudre” ne sont eux-aussi que victimes d’un système plus vaste,
quand nos proches parents tombent dans ce cercle infernal, que faire ?

Posons-nous une question simple, vers qui ou quoi se tournent-ils ces gens ?
Quand sans défense, quand la vie n’arrive plus à trouver le moindre sens,
ils se retrouvent dans une guerre qui ne sera pas finie de sitôt si nous n’agissons pas !

La mère, notre Patrie, oui... elle est partie !

Alors je vous le demande encore, sur quelles valeurs peuvent-ils se reposer ?

Posons-nous les bonnes questions ... Qui est l’ennemi ?
Je me rappelle l’intro
« A nos pères qui crurent que les leurs avaient gagné la guerre... Alors que ce n’était qu’une bataille »
Je la relis et puis j’en tremble !

J’en tremble comme une maman qui a peur pour son enfant,
parce que personne n’est à l’abri, ouvrons les yeux et rassemblons-nous,
il n’est pas trop tard pour la prise de conscience, nous devons agir ensemble, tous !

Les idées soutenues par nos chefs le seraient-elles dans le seul but de nous diviser ?
Il serait peut-être temps de se réveiller, les valeurs humaines, le partage,
les choses simples mais vraies ce ne sont rien d’autre aujourd’hui
que des mots qui prennent un air de nostalgie...

Ce vide qu’on a mis dans nos têtes, la perte des valeurs qui ne cesse de s'accroître,
le pays fabrique des drogués, des gens qui veulent laisser s’évader leurs esprits loin de tout,
qui veulent partir parfois même pour toujours ne trouvant leur place nulle part.

Alors vous avez compris qui est l’assassin ?
« Nous avons décidé de nous battre sans l’aide des anciens.
Assis sur la gloire de leurs médailles, ils n’ont rien vu venir. »





Cliquez ici pour acheter la version papier (broché)




Com'Une Plume agent littéraire