l'Art épicier ou le bon beurre


association artistique

Made par vous, Made in France

 par Chez.xyz

Quatre vingt mille euros pour une boite de sardines vide,
exposée dans un Musée National,
au titre du nécessaire rappel à l'ordre -artistique- sur la marche du monde,
cela vous inspire quoi ?
Rien, sinon que celles et ceux qui mènent le monde et le pays ont un sens des valeurs
fort difficile à enseigner à des enfants !
De nombreux parents, offusqués pourtant par une telle vulgarité,
se sont tout à coup réveillés artistes,
... "et pourquoi pas moi ?!"

Nous avons donc droit depuis quelques années, et ce grâce à internet,
à des milliers ou des millions de personnages tous plus humanistes les uns que les autres,
et au sens civique outragé (!)
qui ont pourtant acheté leur carte d'artiste.
Un formulaire au service des impôts certifiant le talent, c'est super chouette !

Le seul soucis, c'est que le marché de l'art et ses 80 000 euros la boite de sardines vide,
ça n'a de sens qu'auprès d'une clientèle particulière.
Celle qui tente, par l'investissement en oeuvres d'art, d'échapper à l'impôt sur la fortune.
Un club très privé !

Club inaccessible aux millions de "petites mains", artistes de quartiers ou de villages.


Mais, tous ces nouveaux artistes ont fini quand-même par se faire remarquer.
Pas par des clients amateurs d'art potentiels, non.
Mais par le service des impôts,
le service de l'Urssaf soutenu par la Maison des artistes,
et par les marchands de dictionnaire de cotation artistique,
et par les grosses plateformes de mise en vente sur internet.
 
Une "plateforme de mise en vente" mais qu'est-ce donc ?
Et bien ce sont des partenaires du "Club Privé" dont nous parlions plus haut,
ceux qui vendent des boites vides,
mais qui ont eux un savoir immense sur le fonctionnement d'internet.
Et aussi sur la façon de présenter leurs services.

Changeons de sujet pour nous faire comprendre.
Comment font les multinationales qui vendent des biscuits au faux chocolat
et farine industrielle pour donner bonne image à leur produit ?
Elles dessinent sur l'emballage une belle prairie verte avec des enfants heureux,
le tout accompagné du sourire bienveillant d'une belle et douce Grand-Mère.

Et bien les plateformes internet, celles qui nous accueillent si gentiment,
ont elles pour image sur l'emballage une joyeuse bande d'artistes et artisans français
tous heureux de perpétuer un savoir faire national !
Vive la France et ses artisans, rejoignez l'aventure, inscrivez-vous, vendez !

C'est merveilleux, c'est merveilleux. Sauf que...
Sauf que sur ces plateformes, une fois que vous y êtes, le cercle infernal n'aura pas de fin.
Tout d'abord, si l'inscription y est parfois gratuite,
des frais de commission sur vente sont prélevés.
Ce qui est anormal à notre avis, puisque c'est vous, en grande partie,
qui envoyez les clients vers votre boutique en ligne !
Comment ?
Et bien, il vous est demandé de partager le lien web de vos annonces,
et de votre boutique, sur votre Google+, votre Facebook,
ou autres réseaux sociaux où vous êtes inscrits.
De plus il est fortement conseillé de mettre sur votre site, ou blog,
le lien encore une fois vers votre boutique.
Dans vos mails à vos amis aussi, il est conseillé... etc etc

Avez-vous par contre essayé de mettre un lien vers votre site
depuis votre boutique sur la plateforme ? C'est interdit.
Mais ça ne s'arrête pas là.
Sur internet, pour être dans les premières pages d'un annuaire de recherche,
ou "moteur", comme Google, il faut travailler, travailler sans cesse.
Pourquoi les grosses plateformes internet sont souvent dans les premières pages ?
Parce qu'il est obligatoire quand vous passez une annonce de faire gratuitement leur travail,
c'est à dire de taper des descriptions très très longues de vos articles mis en vente.
Ceci aidant au "référencement", de toute la plateforme.

Une armée d'esclaves, voilà ce que sont aujourd'hui les artistes et artisans de France !

En clair et en résumé, une foule innombrable de françaises et de français s'est levée,
persuadée d'aller chercher fortune, et veut vendre aussi sa boite vide sans sardine,
ou de belles réalisations manuelles méritant le succès.

Cela fait la fortune des grosses plateformes internet,
qui sont d'ailleurs souvent cotées en bourse,
et vendues à l'étranger sous le label "certifié de France" ou autre slogan à la mode.

En clair et en résumé encore, et en français dans le texte "ça fait mal par où ça passe".

A vous de savoir maintenant si une solution existe,
entre la pommade ou la guérison ! Salut !



www.chez.xyz​ ​S​ite associatif fait par et pour les artistes Une aventure basée sur la force du partage et qui fonctionne !​ ​Comme quoi tout est encore possible​ ​avec un peu de sens commun et l'envie de vivre ensemble.