Chanson pour Maman: Une femme seule par Akhenaton


Une femme seule

 Paroles et Musique par Akhenaton (groupe IAM)

Je te prie de croire que sa vie n'était pas drole
Ainsi peu de temps après a 17 ans elle a décidé de se marier
Je demande le respect et pour ceux qui le veulent
Ecoutez donc le recit de la vie d'une femme seule
Elle fut rapidement enceinte et eut un garcon
Par manque d'argent elle a perdu le second tel un dicton fatal incontournable
Le destin se dechaine elle accoucha du troisieme
Ils n'avaient pas beaucoup d'argent ils étaient souvent absents
Elle nourissait sa famille avec 8 francs pourtant
Pour ne pas perdre son temps combler son manque d'enseignement
Elle etudiait pendant qu'elle s'occupait
De la maison de frotter de laver
Ses fils qui ne comprenaient pas la regardaient
Se souviennent desormais de l'avoir toujours vu trimer
Elle aspirait au bonheur Malgré la main sur son front empli de sueur
Car elle revait un jour de partir
De quitter ce trop plein de déceptions de mauvais souvenirs
Mais 5 ans auparavant ses décisions furent veules
Elle comprit qu'elle risquait de devenir une femme seule
Je me souviens ces soirs elle attendait son mari
Des heures entières a la fenêtre en vain ainsi
Cette situation demeura quelques années
Un jour il vint décider à la quitter
D'un commun accord le divorce fut prononcé
Si longtemps après putain ce qu'elle devait l'aimer
Si douce et si patiente
Et encore arriver a trouver un terrain d'entente
Elle était digne fière responsable comme une mère
Ignorant la solitude qui la prit dans ses serres
Le jour la tête haute impassible elle restait
La nuit dans sa chambre elle se cachait pour pleurer
Elle travaillait faisait deux jobs en même temps
Pour pouvoir payer des vêtements décents à ses enfants
Les élever dans le droit chemin
A rester calmes et sains respecter son prochain
Le matin elle se réveillait sur une musique triste
Que de lassitudes et de sacrifices
C'est l'histoire noire qu'il faut croire
Pour voir le courage et la sagesse rares d'une femme seule
J'ai vu de trop de larmes dans ses yeux verts resolus
A accepter la fatalité qui l'écrasait
Sous le poids de son importance
Elle disait seulement ne pas avoir de chance
Mais savait au fond d'elle que l'on vient qu'une fois sur terre
Et la malchance est une trop mauvaise excuse
L'enfer amer qu'elle vivait comparé à sa bonté
N'était pas merité pour vous dire la verité
Si bien qu'un jour elle a decidé de s'en aller
Loin de Marseille pour pouvoir recommencer
Mais laissant derriere elle ce qu'elle aimait le plus
Ses 2 fils et beaucoup de soucis
L'attendaient malgré ça desormais elle est heureuse
Elle a beaucoup d'amis et un mari, serieuse
Cependant lucide en reconnaissant
Que sa vie n'a vraiment commencé qu'a 35 ans
Cela vous semble bête mais songez-y
Perdez votre jeunesse ou est le sens de la vie
Si je vous parle de cette manière sincère ouverte
C'est que cette femme seule était ma mère.