Internet oblige ! Une mise en oeuvre artistique de la communication virtuelle par Pascal Caro


Internet oblige ! Une mise en oeuvre artistique de la communication virtuelle par Pascal Caro

Internet oblige !

 par Pascal Caro

« Internet oblige »!  Au sens de « noblesse oblige »,
je n'aurais jamais pensé un jour écrire cela, et pourtant...


 Nous étions un soir un ami de la nuit et moi en communication internet (bref nous chattions)
et tentions, sans doute maladroitement mais avec opiniâtreté et sincérité,
d'échanger, d'échanger sur le monde, sur la vie, nos vies, l’art aussi.

 Nous sommes arrivés, ne me demandez pas comment,
sur le sujet, ô combien sensible pour nos amis artistes, de l'intuition.
Sujet bateau donc sujet casse ­gueule par excellence :
Quelle était la part de l'intuition dans une conversation de ce style ?

 Comment celui ou celle que nous n'avions peut­-être jamais rencontré physiquement
se révélait ou pas avec les coupures liées à ce genre de communication,
les doutes pouvant nous envahir sur le véritable intérêt de (pour) l'autre, etc.

Au moins dans une conversation téléphonique il y avait la respiration, le son de la voix,
une présence presque palpable accompagnée d'émotions
et non pas qu''une logorrhée (parfois oui je vous l'accorde); bref, un dévoilement inévitable.

Mais là ? Ces foutues coupures où l'autre disparaît pendant deux minutes
mais parfois ne réapparaît que le soir.
Passage sous un tunnel, occupations diverses, un autre chat, etc. ?
Et s'il n'en avait tout simplement rien à faire ?

 Alors petit à petit m'est apparu l'évidence, qu'au fond tout était pareil,
au téléphone, en face à face, en écriture ou en parole.
Avec certes des nuances d'importances,
le non­ verbal en face à face, l'émotion palpable au téléphone, l'écrit décalé avec internet...
Mais encore et toujours la même auberge espagnole ;
L 'autre était avant tout miroir de moi-­même et de mes intentions.
Il ne se révélerait authentique que si je prenais le risque de le faire de mon côté,
il ne prendrait corps que si je le respectais de ma propre présence attentive.
J'y trouverais l'intérêt que j'y avais moi-­même « injecté ».

 Oui internet oblige encore bien plus parce que
l'évidence d'une possible rencontre ne l'est ici pas du tout
et qu'il faut y mettre de la bonne volonté,
du soin et beaucoup de son coeur pour la maintenir vivante.

Au final, le hasard n'existant pas, l'autre étant toujours un autre qui nous correspond,
notre intégrité nue était le moteur principal d'une relation possible
ici et maintenant avec l'ami potentiel face à ce foutu clavier :
Une mise en oeuvre artistique de la communication virtuelle en quelque sorte !