Coucou



coucou

Coucou

par Batistin

Coucou ! L'honneur c'est comme une allumette, ça ne sert qu'une fois.
Mais il est vrai qu’un (a)libéral a pour habitude d’utiliser la totalité
du contenu de toutes les boites.
Jusqu’à que tout ne soit plus cendres.
Et ça nous parle d’économie !
Il y a l’Economie pour certains et les économies pour les autres.

Tous ces pauvres ères inhumains que sont nos gouvernants
me rappellent le père alcoolique qui ayant bu tout l’argent du ménage
oblige sa femme, la belle Marianne, à économiser sur la bouffe et les vacances des gosses.

Mais, toutes celles et ceux qui croient encore au sauveur,
le coucou de l’Horloge qui vient toujours à point
pour réveiller le souvenir des splendeurs colonialistes,
me rappellent la pauvre Marianne.
Habituée à être violentée, elle a toujours laissée son mari battre le chien,
c’est toujours autant de répit pour elle.
Combien de petites gens, des braves gens ordinaires, vous et moi quoi,
à moins que vous qui ne lisez ici soyez au-dessus de la mêlée,
combien encore, morts de peur à l’idée de perdre leurs biens,
préféreront écouter le coucou.
Tant que celui-ci s’installe chez les autres et pas chez moi…

Si possible chez un sur qui je puisse taper aussi, ça rassure vachement.
Tiens, un pauvre par exemple !
Mais se mettre à plusieurs pour taper sur une cloche,
ça n’a jamais empêché le brouillard de venir.

Toute cette armée, pas des ombres, mais au grand jour,
qui ose les pires des indélicatesses, entre le racisme et la haine ordinaire,
tous ces revanchards poltrons, attendent et espèrent
chaque minute maintenant la venue du coucou.
« Coucou, c’est la faute à qui ? »
« Coucou, ce n'est pas ma faute »
« Coucou, c’est la faute à lui, là, celui là, là juste à coté de vous! »
« Coucou, attrapez-le, attrapez-le » …

Et l’armée du grand jour de courir de plus belle,
espérant par la haine ordinaire empêcher la perte du triple A,
espérant le maintien des forces armées et commerciales françaises
sur les territoires étrangers miniers et pétrolifères,
souhaitant conserver sa retraite et l’arrosage privé de sa pelouse par temps de sécheresse,
espérant une trêve à Noël, pas en Syrie, on s’en fout,
mais sous nos sapins étoilés,
souhaitant du plus profond de son être un Téléthon réussi et nos âmes sauvées,
enfin quoi, une France forte et la tête haute ! Conquérante quoi ! …

Moi j’ai honte de la haine ordinaire,
et tous les coucous du monde qui prennent nos démocraties
pour en faire leur nid douillet en cassant nos oeufs,
j’en ai ras le bol.

Je vais aller en Suisse me faire faire un coucou sur mesure qui gueule:
« Que je t’aime, que je t’aime » à chaque sortie.